PASSION DES Civilisations MILLENAIRES, mysterieuses et sacrees
Get Adobe Flash player

Continents

Ile Rapa

Rapa (parfois nommée Rapa Iti, la « petite Rapa » pour la distinguer de Rapa Nui, l’île de Pâques, la « grande Rapa  ») est une île située dans l’archipel des Australes en Polynésie française.

Des collines découpées en terrasses

Sur l’île de Rapa, également connu sous le nom de Rapa Iti (petit Rapa) pour le distinguer de Rapa Nui (grand Rapa, c.-à-d. l’île de Pâques). Les collines sont découpées avec des terrasses envahies de végétations et de pyramides mystérieuses. On ne le connaît pas qui a fabriqué ces structures…

http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm

Iles de la Société

Les Îles de la Société sont un archipel situé dans l’océan Pacifique au sud de l’équateur, à mi-chemin entre l’Australie et l’Amérique du Sud. C’est le plus peuplé des cinq archipels qui forment la Polynésie française. Il est divisé en deux groupes : les îles du Vent et les îles Sous-le-Vent. On y parle le tahitien (reo Tahiti).

Les Marae Mahaiatea

Des plateformes tronquées et pyramidales, les marae existent dans l’ensemble des îles de la société, des pierres megalithiques, soigneusement formées et adaptées. La plus grande de toutes les structures en pierre polynésiennes étant le Marae Mahaiatea à Tahiti. Aujourd’hui détruite, son aspect global était une pyramide possèdant un large toit plat.

Il a mesuré 21.6 par 81.4 m à la base, et s’est levé en 11 étapes de marches à une taille de plus de 13 m de haut. Faits de blocs de corail, et de pierres volcaniques carrées. Visible durant la visite du capitaine Cook’s en 1769, l’édifice a été démoli après 1897.

– Le Marae Taputapuatea de Raiatea (la plus grande des îles sous le vent) est long de 7.3 m de large, et jusqu’à 3.7 m de haut. Il a été construit au-dessus d’une plateforme plus ancienne. Il est l’une des plus grandes et meilleures plateformes préservées dans toute la Polynesie et l’un des sites les plus sacré.

– Comme ceux de Raiatea, les marae de Huahine et Bora Bora sont construits avec de grandes galettes de corail, tandis que les structures comparables sur Tahiti et Moorea sont faites de pierres rondes de basalte.

– Dans l’ensemble des îles de Marquises il y a les restes de grandes plateformes en pierre, de maisons murées et des terrasses, la plupart d’entre elles envahies par la végétation de la jungle, mais fournissant le témoignage silencieux d’une culture disparue. Le plus grand emplacement archéologique de Polynésie est trouvé sur Hiva Oa, et occupe la totalité de la vallée de Taaoa.

On a partiellement reconstitué plus de 1000 paepae (plateformes sur lesquels des maisons ont été construites), grand tohua (centre cérémonieux public), et plusieurs me’ae (plateformes sacrées tabou au public). Certaines des plateformes sont de 120 m de long et de 30 m de large, et contiennent des blocs cyclopéens de basalte pesant plus de 10 tonnes. Cependant, aucune maçonnerie comparable à Ahu Vinapu sur l’île de Pâques n’a été trouvée.

http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm

Tonga

Les Tonga2, en forme longue le Royaume des Tonga ou le Royaume de Tonga, en tongien Tonga et Pule’anga Fakatu’i ‘o Tonga, en anglais Tonga et Kingdom of Tonga, est un État de Polynésie, dans l’océan Pacifique, à environ 650 km à l’est des îles Fidji, comportant plus de 170 îles et îlots, répartis en trois archipels principaux.

Centrées sur 20° de latitude Sud et 179° de longitude Ouest, autrefois appelées îles des Amis, elles forment aujourd’hui un royaume indépendant membre du Commonwealth. Le climat y est subtropical, chaud et humide ; les précipitations peuvent atteindre les 2 000 mm par année. Les Tonga ont une superficie de 748 km2 et la capitale est Nuku’alofa (« la patrie de l’amour » en tongien) sur l’île de Tongatapu.

Le trilithon de Ha’amonga et les ruines d’un port

L’île de Tongatapu dans les îles du Tonga possède la seule voûte megalithique du Pacifique du sud : Le trilithon de Ha’amonga. Chacun des piliers de corail mesure 4.9 m de haut et pèse environ 50 tonnes. Le linteau, qui est placé dans des cannelures de pierres droites, est de 5.8 m de long et pèse environ 9 tonnes.

Le centre cérémonial de Mu’a (autrefois Lapaha), une ville de canaux sur Tongatapu, a beaucoup de plateformes megalithique (connues sous le nom de langi). La zone centrale de Mu’a a été entourée par un canal (ou un fossé) gigantesque. Les roches antiques massives du côté de lagune de Mu’a indiquent que par le passé de gros navires se sont amarés ici, dans un port !

http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm

Ile des Pins

L’île des Pins (Kunié en langue kanak), aussi surnommée l’« île la plus proche du paradis » (concurremment avec Ouvéa), est un petit système insulaire français au sud-est de la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie. Il s’agit également d’une commune et d’un district coutumier. Elle est située presque sur le tropique du Capricorne par 167º de longitude est et 22º de latitude sud.

400 larges tumulis vieux de 3000 ans

L’île des pins, à 65 km de la pointe méridionale de la Nouvelle Calédonie, est parsemée d’environ 400 tumulus, ou tertres de sable et de gravier, de 2,50 à 3 mètres de haut, et de 90 mètres de diamètre. Au début des années 1960 le musée de la Nouvelle-Calédonie à Nouméa, entreprit des fouilles dans quatre des tumulus. Ces tertres renferment un étrange contenu. Au centre de trois d’entre eux, on découvrit une colonne debout, en ciment, et dans le quatrième, deux piliers côte à côte. Mais, on ne découvrit ni os, ni charbon de bois ou autres vestiges d’une présence humaine. Les matériaux les composant semblent venir des environs immédiats : débris, terre, et grains de corail d’oxyde de fer. Les tumulus plus grands enferment des colonnes de ciment de chaux et de coquillages, suggérant que les tumulus soient le produit de l’activité humaine. Les archéologues pensent que les cylindres ont été façonnés en coulant du mortier dans d’étroits puits creusés au sommet des tertres et qu’on laissa durcir en place. C’est pourquoi, la surface des cylindres est mouchetée de fragments de silice et de gravier ferrugineux, qui semblent s’être incrustée dans le mortier lors de son durcissement. doutent car les premiers colons n’ont pas employé de ciment, et théorisent que les monticules ont été construits par des oiseaux énormes, maintenant éteints, incapables de voler pour incuber leurs oeufs ! Cependant les cylindres à l’intérieur des tumulus sont d’un mortier de chaux très dur et homogène, contenant un peu de coquillages. La datation au Carbone 14 des coquillages ont rapporté des dates de 5120 à 10.950 av. J.C. La date ultérieure est environ 3000 années plus tôt que celle où des humains sont censés avoir atteint le sud-ouest Pacifique dans la zone indonésiene, les plus anciennes traces archéologiques attestent d’un peuplement de la Nouvelle-Calédonie vers 1300 avant notre ère (période de Koné). Cependant, il y a quelques années, on a retrouvé sur la côte nord de la Nouvelle-Guinée, de la céramique datée de 3000 ans avant notre ère.

http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm

Palaos

Les Palaos, en forme longue la République des Palaos (en anglais : Palau, en paluan Belau) est un pays d’Océanie situé en Micronésie, à l’est des Philippines, au nord de l’Indonésie, à l’ouest des États fédérés de Micronésie et occupant l’extrémité occidentale de l’archipel des îles Carolines.

Le pays est découpé en seize États répartis sur plusieurs centaines d’îles dont seulement quelques-unes sont habitées.

La plus grande, Babeldaob, abrite dix des seize États, l’aéroport international Roman-Tmetuchl et la nouvelle capitale, Melekeok dans l’État de Melekeok. L’ancienne capitale, Koror, occupe l’île du même nom et abrite plus de la moitié de la population du pays, faisant d’elle sa plus grande ville.

Les Palaos obtiennent leur indépendance le 1er octobre 1994 des États-Unis qui avaient reçu un mandat des Nations unies.

Le tourisme représente l’essentiel de l’activité économique. Pionnier en matière de sauvegarde des fonds marins, ce petit pays de Micronésie a fait de ses eaux un sanctuaire. Avec ses eaux à 29 °C toute l’année, la République des Palaos abrite une grande variété d’espèces sous-marines.

La défense absolue de l’environnement naturel est inscrite dans la Constitution de cet État depuis son indépendance. Elle est même enseignée dès l’école primaire. En septembre 2009, devant l’assemblée des Nations unies, le président Johnson Toribiong avait annoncé la création du premier sanctuaire de requins au monde. En 2010, lors de la conférence des Nations unies sur la diversité biologique, le ministre de l’Environnement de Palau, Harry Fritz, proclamait la naissance d’une autre réserve marine, destinée cette fois à protéger les baleines, dauphins et dugongs. Les territoires de pêche sont depuis longtemps délimités, et les saisons halieutiques définies, avec des fermetures correspondant aux époques de frai.

Ruines

Des terrasses et des collines pyramidales

Sur les îles de Palau (ou Belau) en Micronésie, à l’ouest des Carolines, plus de 5% de la surface de la terre est en terrasse et les collines entières ont été sculptées pour ressembler à des pyramides. Certaines des terrasses sont de 4.5 m ou plus de haut et souvent de 9 à 18 m de large. Les terrasses ne comportent pas du tout dans des traditions orales locales, et personne ne sait qui et pourquoi on les a construites.

Le site megalithique de Bairulchan sur l’île de Babeldaob possède deux rangées de grands monolithes de basalte, certains ont des dispositifs faciaux. Il y a 37 pierres en tout, qui pèsent jusqu’à 5 tonnes, et dont la plus grande pèse plus de 3 tonnes.

Des monolithes du même type existent sur les îles de Vao et Malekuta aux nouvelles Hebrides.

http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm

Ile Lelu

Lelu est une île de Micronésie situé dans l’océan Pacifique, à proximité immédiate des côtes de l’île de Kosrae, face à la ville de Tofol. Administrativement, elle fait partie de la municipalité de Lelu dans l’État de Kosrae. L’île est reliée à celle de Kosrae par l’intermédiaire d’un pont. La moitié occidentale de Lelu présente peu de relief par rapport à la moitié orientale qui culmine à 109,7 mètres d’altitude au Finol Poro. L’île comptait 1 594 habitants en 1980 répartis dans l’ouest et la côte sud de l’île. Ce qui rend cette île si célèbre c’est la présence de la cité en ruines de Lelu, jumelle de Nan Madol (située, elle, à Pohnpei).

Ruines

Les vestiges de la cité d’ Insaru La ville antique en pierre géante d’Insaru sur l’île de Lelu, qui se trouve à côté de Kosrae (à l’est des îles Carolines), a été construite de murs et d’énormes pyramides de basalte, avec un réseau de canaux reliant les batiments et les îles voisines. On y trouve également des routes pavées. Les ruines sont très semblables à celles de Nan Madol mais pmoins étendues. Certains des murs sont plus de 6 m de haut, et les blocs megalithiques de basalte pèsent jusqu’à 50 tonnes. Considérant que les ruines de Nan Madol légèrement enfouies, les structures de Lelu semble elles s’être levé légèrement, puisque les canaux sont presque secs. D’où viennent les pierres est un mystère; la légende indique que la ville a été construite dans une nuit par deux magiciens.

http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm

Ile Pohnpei

Pohnpei, autrefois Ponape, est une île d’Océanie, située dans l’archipel des îles Carolines et faisant partie des États fédérés de Micronésie. Elle est l’île principale de l’État de Pohnpei, l’un des quatre États des États fédérés de Micronésie, et abrite Kolonia, la capitale de l’État, ainsi que Palikir, la capitale fédérale de ce pays.

Ruines de Nan-Madol

Des mégalithes faits de blocs basaltiques bleu-noir en forme de prismes hexagonaux et disposés en croix.

Le site de Nan-Madol sur l’île de Ponape (Pohn-ah-pay) à 6°58 Nord et 158°13 Est. Sur cet archipel des Carolines, furent accumulés des mégalithes faits de blocs basaltiques bleu-noir en forme de prismes hexagonaux et disposés en croix comme les bûches d’une hutte, de plus de 12 m. de haut et de 5 m.50 d’épaisseur. (Les constructeurs de ces enchevêtrements basaltiques surprenants de Nan Madol auraient, dit-on, utilisé de simples radeaux pour transporter ces prismes de plus de 3m de long pris dans d’autres îles à plus de 15 miles de là.).

À l’intérieur de la muraille externe il y avait une enceinte interne. La raison d’être de cette immense double enceinte “Naudauwas” était manifestement de protéger et honorer les restes des Saudeleurs dont la tombe était recouverte des mêmes grosses poutres de basalte. Il ne reste plus rien aujourd’hui. Plusieurs Saudeleurs et les Nahnmwarki qui leur ont succédé furent inhumés ici.

http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm

Iles Mariannes

Les îles Mariannes (aussi appelées les Mariannes) sont un groupe d’îles formées par les sommets de quinze montagnes volcaniques dans l’océan Pacifique et qui forment la limite de la mer des Philippines. Elles comprennent Guam et les îles Mariannes du Nord.

Colonnes

LA MAISON EN PIERRE DE TAGA

Aux îles Mariannes, sont les ruines de grandes colonnes en pierre angulaire hémisphérique, ressemblant à des champignons. Ces pierres droites sont disposées dans de doubles rangées de 6 à 14 pierres. C’est la maison du chef Taga.

L’île de Tinian a deux des plus grands megalithes encore debout. Les piliers sont de 5.5 m de circonférence à la base et de 4.5 m au dessus. Ils sont haut de 3.7 m et soutiennent des bases de 1.5 m de hauteur et 1.8 m de diamètre. Chaque monolithe de corail pèse environ 30 tonnes. Il y avait à l’origine 10 piliers disposés dans deux rangées parallèles. Selon la légende, quand la dernière pierre tombera, le chef reviendra sur Tinian…

http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/pacifique/pacifique.htm