PASSION DES Civilisations MILLENAIRES, mysterieuses et sacrees
Get Adobe Flash player

Rayons cosmiques

Leys – Lignes de forces subtiles

Les lieux sont connectés entre eux selon les religions pratiquées, les lieux celtes entre eux, les temples romains entre eux, les églises romanes entre elles… Les abbayes d’un même ordre monastique sont reliées par des tubes qui convergent vers la maison mère. Le réemploi de lieux sacrés par d’autres religions est très fréquent. Nous obtenons, sur certains lieux privilégiés, une constellation de tubes de différentes époques, imbriqués les uns dans les autres.

Lorsque des milliers d’églises sont activées simultanément, lors des offices religieux quotidiens, l’énergie parcourt tous les tubes, véhiculant l’information de l’égrégore du lieu de culte principal vers tous les autres. En sens inverse, l’énergie d’une multitude de points telluriques peut converger vers un seul lieu. Tous les chemins mènent à Rome, les tubes aussi.

Dès 5000 av. J.-C., ces tubes sont déjà en place. Dans l’Égypte Ancienne, ils étaient appelés « tubes héka », héka signifiant simplement magique. Les auteurs actuels les nomment Ley lines ou flux sacrés.

La jonction des énergies telluriques et des énergies cosmiques a pour résultante le champ magnétique terrestre et ce champ subit donc leur double influence. « Notre planète se comporte comme l’armature négative d’un immense condensateur dont l’autre partie, le cosmos, serait de charge positive. » (Maison entre ciel et terre, de J. C. Fabre, Arista)

Le dragon-vouivre est le symbole des énergies telluriques qui forment des réseaux maintenant connus. Le plus important est le réseau de Hartmann dont un forestier dit : « Tout d’abord, contrairement à ce qui est généralement admis, les mailles du réseau de Hartmannn ne sont pas toujours rectangulaires, et leurs dimensions varient. D’autres part, les bandes qui le constituent ne sont pas rectilignes mais ondulantes (certains disent sinusoïdales). Elles sont globalement orientées nord-sud et est-ouest. » (« Les arbres sous influence telluriques » de B. Guay, Revue Les Quatre Saisons du Jardinage, n° 68, mai/juin 1991)

Le réseau de Curry, en diagonale par rapport au premier est d’un maillage variable. « L’allure générale du maillage est fortement perturbée dans sa régularité par les passages d’eau souterrains (resserrement des mailles à l’aplomb), des failles (modification d’orientation du réseau), les lignes électriques à moyenne et haute tension, les lignes de chemin de fer, etc.

« Les forces telluriques sont (…), en quelque sorte, la “Charpente Magnétique et Electrique” de la Terre dont l’activité continuelle a pour but D’ALIMENTER LA TERRE PAR SA REALITE SUPERIEURE. » ( L’Instruction du Verseur d’Eau de Karuna)

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/01/15/20130536.html

 

Georges Lakhovsky

L’homme qui fît osciller le monde  GEORGES LAKHOVSKY

Durant les années 30…, un homme doté d’une grande intelligence et d’une curiosité universelle, fréquentant les plus grands scientifiques de son temps sans lui-même, être un universitaire, inventa une série de machines extraordinaires et le justifia par une théorie de son crû : L’UNİVERSİON. Avec ses systèmes il obtint des résultats remarquables dans le domaine de l’accroissement de la vitalité de la cellule vivante. Modestement il commença par la graine de haricot. Et elle germa beaucoup plus vite. Puis il passa à l’animal. Et la poule pondit plus souvent des œufs plus gros. Enfin il s’intéressa à l’Homme. Chez l’hypertendu la pression artérielle se normalise. Les inflammations disparurent. Les ulcères variqueux cicatrisèrent. Alors -dernière étape- il traita les cancéreux en phase ultime. Et beaucoup guérirent. Une formidable querelle opposa d’éminents spécialistes à d’autres éminents spécialistes. Puis survint la guerre. Emporté par la tourmente, il mourut dans des circonstances étranges. Son nom s’effaça des mémoires. Ses machines furent brisées. L’oubli ensevelit son souvenir. İl s’appelait GEORGES LAKHOVSKY.   Qui était GEORGES LAKHOVSKY : Génie ou doux rêveur ?

  • Comment fonctionnaient ses machines ?
  • Peut-on expliquer aujourd’hui les résultats qu’il obtenait ?
  • Pourquoi fut-il si violemment attaqué ?
  • Pourrait-on utiliser à nouveau ses techniques ?
  • Existe-t-il des équivalences ?
  • Qui serait prêt à se lancer dans l’aventure et aller plus loin encore dans cette voie ?

GEORGES LAKHOVSKY naquit à İLLİA en 1870 à 50 kilomètres de Minsk (Russie) où son père était doyen des juges de la communauté de Minsk et également professeur de langues orientales. Dès sa jeunesse il fit preuve d’une grande curiosité d’esprit. La légende prétend que voulant constater l’effet du froid, un jour d’hiver, par -35° il posa sa langue sur un morceau de fer. Il y perdit pour le restant de sa vie la faculté de prononcer les « R ». En 1894 il obtient le brevet d’ingénieur et vient parfaire ses études en France en  « Terre de Liberté ». Son père lui dit …« Tu y trouveras le respect de l’opinion et de la liberté individuelle » İl fréquente la Sorbonne, les Ponts et Chaussées et les Beaux-Arts… Un tragique hasard l’enrichit. Retardé, il manque un train qui déraille ; la voie ferrée s’était écartée à la suite de la défaillance des tire-fonds. Affectivement touché, il se penche sur ce problème et invente un tire-fonds de sûreté. Son procédé sera utilisé dans le monde entier. Dès lors il se consacre entièrement à la Science. Sa fortune et ses travaux lui font rencontrer les plus éminentes personnalités de l’époque. İl s’intéresse à la radio et invente un haut-parleur à pavillon à double paroi d’une efficacité sans pareille à l’époque. İl se passionne pour les thèses des astrophysiciens de l’École du professeur Hesse qui prétend à l’existence d’ondes cosmiques. İl associe cette idée à celle d’oscillation cellulaire entretenue par ces ondes et en 1923 invente le Radio-Cellulo-Oscillateur. Encouragé par d’illustres chirurgiens il entre dans le monde des hôpitaux et expérimente avec succès ses appareils sur des malades incurables. İl s’attire avec la notoriété de grandes sympathies et de féroces antipathies. En 1926 il écrit un livre « L’Origine de la Vie » préfacé par d’Arsonval lui-même. Ses ouvrages se succèdent portant sur une large gamme de disciplines. En 1940 il doit fuir le nazisme. En 1942 il meurt aux Etats-Unis, victime d’un accident dont les circonstances ne seront jamais élucidées. Accident ou crime ? GEORGES LAKHOVSKY conçoit au fil de la maturation de sa pensée, un ensemble de dispositifs techniques :

  • circuits oscillants
  • radio-cellulo oscillateur
  • oscillateurs à longueurs d’ondes multiples

http://users.skynet.be/Lakhovsky/ Il s’entoure d’un certain nombre de spécialistes de disciplines voisines, et connus pour leur attachement à une stricte observance ou non des règles cartésiennes.

  • Un des enfants de GEORGES LAKHOVSKY son fils Serge LAKHOVSKY en collaboration avec le professeur Albert Verley, développera à New York, pour le parfumeur François Coty un dispositif de distillations des aromatiques utilisant une colonne  « VİGREUX »située entre les dipôles des deux diffuseurs de l’oscillateur à longueurs d’ondes multiples générant simultanément plusieurs fréquences électromagnétiques associées à des milliards d’harmoniques de ces fréquences, dont le but a été de réaliser avec succès des noyaux aromatiques « incassables ». Continue reading