PASSION DES Civilisations MILLENAIRES, mysterieuses et sacrees
Get Adobe Flash player

Sciences

La Matière

Max Planck

Max Planck

Max Planck, né Max Karl Ernst Ludwig Planck le 23 avril 1858 à Kiel, dans le duché de Schleswig, et mort le 4 octobre 1947 à Göttingen, dans la Bizone en Allemagne occupée, est un physicien allemand. Il est lauréat du prix Nobel de physique de 1918 pour ses travaux en théorie des quanta1. Il a reçu la médaille Lorentz en 1927 et le prix Goethe en 1945. Max Planck fut l’un des fondateurs de la mécanique quantique. De ces travaux fut conceptualisé l’ère de Planck, période de l’histoire de l’Univers au cours de laquelle les quatre interactions fondamentales étaient unifiées.

À la fin de sa vie il conclut :
Pour moi qui ai consacré toute ma vie à la science la plus rigoureuse, l’étude de la matière, voilà tout ce que je puis vous dire des résultats de mes recherches : il n’existe pas, à proprement parler, de matière ! Toute matière tire son origine et n’existe qu’en vertu d’une force qui fait vibrer les particules de l’atome et tient ce minuscule système solaire qu’est l’atome en un seul morceau […] Nous devons supposer, derrière cette force, l’existence d’un Esprit conscient et intelligent. Cet Esprit est la matrice de toute matière2. »

Graham Hancock dit aussi : “si vous amplifiez la fréquence de la structure de la matière va changer”.

Ernest Rutherford

Ernest Rutherford

 

Ernest Rutherford (30 août 1871 à Brightwater, Nouvelle-Zélande – 19 octobre 1937 à Cambridge, Angleterre) est un physicien et chimiste néo-zélando-britannique, considéré comme le père de la physique nucléaire. Il découvrit les rayonnements alpha, les rayonnements bêta ; il découvrit aussi que la radioactivité s’accompagnait d’une désintégration des éléments chimiques, ce qui lui valut le prix Nobel de chimie en 19081. C’est encore lui qui mit en évidence l’existence d’un noyau atomique, dans lequel étaient réunies toute la charge positive et presque toute la masse de l’atome, et qui réussit la toute première transmutation artificielle.

Nouveau modèle d’Ernest Rutherford

En 1911, Ernest Rutherford a concocté un nouveau modèle de l’atome dans lequel la totalité de la charge positive est entassée dans une minuscule noyau massif environ dix mille fois plus petit que l’atome dans son ensemble. Cela équivaut à l’échelle d’un marbre au milieu d’un stade de football. Les électrons beaucoup plus légers, se reproduisent bien à l’extérieur du noyau. A la stupéfaction de de tout le monde, les atomes dont les planètes, les gens, les pianos, et tout le reste sont presque entièrement composés d’espace vide.

Le modèle nucléaire de Rutherford de l’atome était un énorme pas en avant dans la compréhension de la nature à l’échelle de l’ultrasmall. L’atome est un système solaire en miniature: les électrons encerclent le noyau sur des orbites larges tout comme les planètes tournent autour du soleil.

Max Planck

Max Planck

Max Planck, born Max Karl Ernst Ludwig Planck (April 23, 1858 – October 4, 1947) was a German theoretical physicist who originated quantum theory, which won him the Nobel Prize in Physics in 1918.[3]

Planck made many contributions to theoretical physics, but his fame as a physicist rests primarily on his role as an originator of the quantum theory. However, his name is also known on a broader academic basis, through the renaming in 1948 of the German scientific institution, the Kaiser Wilhelm Society (of which he was twice president), as the Max Planck Society (MPS). The MPS now includes 83 institutions representing a wide range of scientific directions.

Max Planck’s quantum theory revolutionized human understanding of atomic and subatomic processes, just as Albert Einstein’s theory of relativity revolutionized the understanding of space and time.

Max Planck said in 1944, “As a man who has devoted his whole life to the most clear headed science, to the study of matter, I can tell you as a result of my research about atoms this much: There is no matter as such. All matter originates and exists only by virtue of a force which brings the particle of an atom to vibration and holds this most minute solar system of the atom together. We must assume behind this force the existence of a conscious and intelligent mind. This mind is the matrix of all matter.”

Graham Hancock dit aussi : “si vous amplifiez la fréquence de la structure de la matière va changer”.

Ernest Rutherford

Ernest Rutherford

 

Ernest Rutherford 1st Baron Rutherford of Nelson, OM FRS[1] (30 August 1871 – 19 October 1937) was a New Zealand-born British physicist who became known as the father of nuclear physics.[2] Encyclopædia Britannica considers him to be the greatest experimentalist since Michael Faraday (1791–1867).[2]

In early work he discovered the concept of radioactive half-life, proved that radioactivity involved the transmutation of one chemical element to another, and also differentiated and named alpha and beta radiation.[3] This work was done at McGill University in Canada. It is the basis for the Nobel Prize in Chemistry he was awarded in 1908 “for his investigations into the disintegration of the elements, and the chemistry of radioactive substances”,[4] for which he remains the first Canadian and Oceanian Nobel laureate, and the only laureate born in the South Island.

Rutherford moved in 1907 to the Victoria University of Manchester (today University of Manchester) in the UK, where he and Thomas Royds proved that alpha radiation is helium nuclei.[5][6] Rutherford performed his most famous work after he became a Nobel laureate.[4] In 1911, although he could not prove that it was positive or negative,[7] he theorized that atoms have their charge concentrated in a very small nucleus,[8] and thereby pioneered the Rutherford model of the atom, through his discovery and interpretation of Rutherford scattering in his gold foil experiment. He is widely credited with first “splitting the atom” in 1917 in a nuclear reaction between nitrogen and alpha particles, in which he also discovered (and named) the proton.[9]

Rutherford became Director of the Cavendish Laboratory at Cambridge University in 1919. Under his leadership the neutron was discovered by James Chadwick in 1932 and in the same year the first experiment to split the nucleus in a fully controlled manner, performed by students working under his direction, John Cockcroft and Ernest Walton. After his death in 1937, he was honoured by being interred with the greatest scientists of the United Kingdom, near Sir Isaac Newton’s tomb in Westminster Abbey. The chemical element rutherfordium (element 104) was named after him in 1997.

New Model of Ernest Rutherford

Rutherford’s new model for the atom, based on the experimental results, contained the new features of a relatively high central charge concentrated into a very small volume in comparison to the rest of the atom and with this central volume also containing the bulk of the atomic mass of the atom. This region would be named the “nucleus” of the atom in later years.

Ernest Rutherford,The atom itself is about one trillion (10^12) the size of the nucleus.[citation needed] This could be related to putting a marble in the middle of a football field.

Rutherford’s nuclear model of the atom was a huge step forward in understanding the nature of the ultrasmall scale. The atom is a miniature solar system: the electrons circle the nucleus on wide orbits like the planets revolve around the sun.

Pythagore et le culte du nombre

Pythagore, “Père de la Géométrie Sacrée”

Les nombres sont sacrés en eux – Ils disposent d’une existence réelle et à part et ne se contentent pas d’être de simples outils de calcul. Les régularités dérivées de tels nombres, que ce soit en musique, en astronomie ou en architecture, sont aussi sacrées.

Géométrie du Théorème de Pythagore

 

Pythagore (569-475 avant Jésus-Christ) passa plus de 20 ans en Egypte, où il apprit les mathématiques et la philosophie. Il se peut même qu’il soit allé à Babylone, où il aurait rencontré des mathématiciens. Pythagore est sans doute l’un des premiers à avoir étudié les propriétés mystiques et sacrées des nombres, mais il s’intéressa aussi à la géométrie. Théorème de Pythagore : Le carré du côté opposé à l’angle droit (hypothénuse) est égal à la somme des carrés des 2 autres côtés. Géométrie et arithmétique sont inextricablement liées.

 

Nuage de points de tous les couples d’entiers pythagoriciens avec a et b inférieurs à 4500

Triplets pythagoriciens

Considérés comme d’importants nombres magiques, ils furent retrouvés sur des tablettes babyloniennes datant de 1600 avant Jésus-Christ.
Dans sa quête pour comprendre l’harmonie de la nature, et par conséquent le mécanisme de l’univers, Pythagore s’intéressa à des domaines voisins, comme la musique, et découvrit les formules arithmétiques cachées derrière les intervalles musicaux et le ton des notes.

Il en déduit que si les nombres pouvaient exprimer les harmonies en musique, ils pouvaient exprimer les harmonies en musique, il pouvaient aussi représenter celle du cosmos.
Cela fut confirmé par la régularité (complexe) mathématique du mouvement des planètes et des corps célestes.
Il mit aussi en équation les notes de neuf muses grecques grâce au mouvement et aux sons de ces neuf corps célestes (les sept planètes, la sphère des étoiles figées et un étrange concept appelé contre-Terre).

Tetractys

Le Saint Tetractys

Le Tetractys est un concept de l’aspect sacré de la régularité des nombres. Il s’agit d’un triangle dans lequel les pythagoriciens disposaient les nombres de 1 à 4.
Les triangles sont les plus stables des figures géométriques.

Lambda et l’harmonie du monde

Lambda Λ est la douzième lettre de l’alphabet grec et représente la division pythagoricienne des nombres impairs ou masculins et nombres pairs ou féminins.